Qui et quand consulter en gynécologie ?

Nous avons écrit une mini-série d’articles à destination des adolescent·e·s, à la demande de la revue en ligne Les Cervelé·e·s.

Voici le premier !

 

La première consultation chez le·a gynécologue suscite bien des interrogations chez les adolescent·e·s, et fait l’objet de nombreuses idées reçues.

Vous avez déjà probablement entendu dans votre entourage qu’il faut aller chez le·a gynécologue dès son premier rapport sexuel , et pourtant cela n’a rien d’obligatoire.

Il n’y a aucune raison de consulter de façon systématique, parce que vous avez des rapports sexuels ou à partir d’un certain âge. Vous pouvez cependant consulter pour toute demande ou tout symptôme concernant la sphère gynécologique : les seins, la vulve, le vagin, l’utérus, les ovaires. Vous pouvez consulter par exemple si vous souhaitez simplement  poser des questions, si vous avez besoin d’une contraception, si vos règles sont douloureuses (non, ça n’est pas une fatalité), si vous ressentez des douleurs ou des gênes lors de rapports sexuels, si vous souhaitez faire le point sur le dépistages des infections sexuellement transmissibles, si vous avez des pertes vaginales qui vous semblent inhabituelles ou des démangeaisons vulvaires.

Vous n’êtes pas obligé·e·s d’aller chez le·a gynécologue pour vous faire prescrire une pilule  ou toute autre contraception, ni pour une consultation gynécologique. La plupart des sages femmes et des médecins généralistes peuvent suivre des grossesses, peuvent parfois poser et retirer des DIU (stérilets) et des implants, prescrire la pilule, faire le frottis (dépistage du cancer du col de l’utérus) et sont en mesure de faire un examen gynécologique en cas de symptômes. Les médecins généralistes et les sages femmes sont souvent d’accès plus facile et la consultation moins chère.

Les soignant·e·s sont tenus au secret médical et n’ont pas le droit de répéter à vos parents le contenu de votre consultation. Si vous avez entre 15 et 18 ans , toutes les consultations, bilans et contraceptifs peuvent être pris en charge de façon anonyme et gratuite par tou·te·s les soignant·e·s. A tout âge (mineur·e·s ou majeur·e·s), vous pouvez consulter gratuitement dans les centres de planification familiale .

Aucun geste ni aucun examen ne peut vous être imposé par un·e soignant·e. Il arrive parfois que l’examen gynécologique soit présenté comme une étape obligatoire avant la prescription d’une contraception. Certains soignant·e·s abusent de leur pouvoir et peuvent menacer de ne pas vous délivrer la contraception de votre choix si vous refusez l’examen. D’une part, c’est un chantage inacceptable et d’autre part, cela n’a pas de justification scientifique pour prescrire une contraception hormonale (pilule, anneau vaginal, patch, implant).

Dans les prochains articles, nous détaillerons le contenu d’une consultation gynécologique ainsi que les violences potentiellement rencontrées à cette occasion.